– HANDBALL- Théophile Caussé, toujours plus haut

Le jeune joueur de 21 ans fait partie de cette génération de handballeurs français promis à un bel avenir. Désormais professionnel à Dunkerque, il ne compte pas s’arrêter là. Retour sur une ascension exceptionnelle, parfois semée d’obstacles. 

Théophile Caussé a évolué sous le maillot de l’Equipe de France dès ses 14 ans.

Théophile Caussé a évolué sous le maillot de l’Equipe de France dès ses 14 ans.

Nous sommes au début des années 2000. Théophile, ses quatre frères et sœurs et quelques voisins s’amusent dans un lotissement de la banlieue de Limoges. Personne n’imagine alors que ce jeune homme plein de vie va se révéler au plus haut niveau. « Théo », comme tout le monde le surnomme, va vite apprendre à se faire connaître. Surtout dans les gymnases. Arrivé en France à l’âge de quatre ans, cet Haïtien d’origine a fait de son rêve une réalité. Peu surprenant lorsqu’on connaît le garçon. « Depuis tout petit c’était un fonceur, enjoué, prêt à tout essayer et sans jamais se plaindre», raconte sa première supportrice, sa sœur Agathe exilée aux Etats-Unis.

Une personnalité en or

Avant d’être un joueur extrêmement talentueux, ce grand gaillard d’1,80m est un homme très apprécié. Son large sourire ne le quitte jamais. Voilà ce qui revient sans cesse lorsque l’on évoque Théophile. « C’était un peu comme un petit frère pour l’équipe. Il tentait de voir le bon côté des choses à chaque fois. Il était apprécié de tous, que ce soit des joueurs, des entraîneurs ou des dirigeants du club. Il avait tout le temps la pêche, il allait au gymnase à vélo, faisait l’entrainement et repartait en pédalant! », se souvient Xavier Ladroit, ancien partenaire de club et ami de Théophile.

Soutenu par sa famille et ses amis depuis toujours, il ne doit sa réussite qu’à lui-même. « Il le mérite. Son travail acharné a fini par payer. On a très vite vu ses capacités mais on ne se doutait pas qu’il irait si loin », ajoute Agathe.

 Un talent très vite décelé

Théophile découvre le handball à l’âge de dix ans, un peu par hasard. Cette discipline va pourtant très vite devenir sa raison de vivre. Sur les terrains, cet ailier droit de formation dévoile son fort caractère. Son premier club ? Pana-loisirs. Modeste équipe de Haute-Vienne qui évolue en Nationale 3. Très tôt, on remarque chez ce joueur des capacités que peu de gens possèdent. Physique et rapide, au mental d’acier. Ses entraîneurs le surclassent dès son plus jeune âge.

Au fil du temps, il n’a eu de cesse d’impressionner. « Sur le plan technique, c’était un excellent joueur, très motivé. Il était très attentif aux conseils que chacun pouvait lui prodiguer et son jeu s’améliorait d’année en année. Il avait le potentiel pour devenir un très bon joueur et son parcours ne fait que confirmer cela », reprend Xavier.

Fini le Limousin, direction Pessac, près de Bordeaux. Quatre années au Stade Pessacais Union Club ne vont faire que renforcer ce que tout le monde pense de son talent. Il poursuit sa route, au prix de gros efforts. Puis en 2009, il franchit la porte du monde professionnel. Une arrivée à Dunkerque qui a bouleversé sa vie. « Tout a changé car maintenant, c’est entraînement tous les jours et match une à deux fois par semaine. Le rythme est différent mais tout se passe très bien. Je suis bien encouragé par la famille et les amis de Limoges et de Bordeaux. Cela m’aide forcément », note ce grand espoir du handball français.

Un parcours mouvementé

S’il fait désormais ses gammes au sein d’un des plus grands clubs français, vice-champion de France en 2013 et vainqueur de la Coupe de la Ligue cette même année, le parcours de Théophile n’a pas toujours été finement tracé.

En juin 2012, sa carrière subit un coup d’arrêt brutal. Un match de préparation anodin avec l’Equipe de France Juniors vient tout gâcher. Une rupture des ligaments croisés, deux opérations et une année complète sans jouer. Cette blessure a pourtant décuplé l’envie de réussir du capitaine des Bleuets de l’époque. Elle a même dévoilé la force mentale d’un joueur prometteur. « La blessure fait partie des risques du sport, elle est dure à accepter au début puis on finit par faire avec. J’en ai profité pour prendre du repos, retourner aux sources voir la famille. Je pense que je suis revenu plus fort dans la tête. Une telle blessure permet de mieux gérer son corps », assure Théophile.

 A force de courage et d’abnégation, le revoilà au meilleur de sa forme. Un contrat de trois ans signé avec l’USDK Dunkerque en début de saison et deux matches disputés pour le moment ont acté le retour du prodige. Théophile n’a pas fini de prendre son envol.

Théophile Caussé en quelques dates

Julien Balidas.

Publicités